Policier & Thriller

  • Quartier chic et moderne de Séoul, Gangnam est le lieu où se côtoient l'univers de la mode et celui des nouvelles technologies. Le jour, des hommes d'affaires se pressent le long des avenues bordées de gratte-ciels étincelants. La nuit, dans l'ambiance feutrée des clubs privés et des hôtels chics, se révèle une face infiniment plus sombre : un Gangnam souterrain où l'élite économique du pays s'adonne à la drogue, au jeu et aux sévices sexuels, assurée d'une complète impunité.
    Dans ce monde où l'argent est roi, vont se croiser un inspecteur véreux accro au jeu et un brillant avocat exerçant, au sein d'un grand cabinet, la fonction de "planificateur" qui consiste, moyennant une colossale somme d'argent, à éviter aux clients des clubs VIP les conséquences de leurs actes. A la fois thriller et roman social, Made in Gangnam est inspiré de faits réels. L'écrivain Ju Won-kyu, qui est aussi pasteur et travaille auprès d'adolescents vulnérables, a infiltré l'un de ces clubs huppés comme chauffeur-livreur et découvert l'horreur des traitements réservés aux jeunes call-girls qui y travaillent.
    Son livre révèle, sous le vernis lisse du luxe, un monde d'une inhumanité et d'une violence inimaginables, corrompu par le pouvoir et l'argent".

  • Le corps d'un homme, la gorge tranchée au bas de son immeuble jette le lieutenant Ma et son adjoint Zhou dans une enquête au cours de laquelle ils vont remuer le ciel et la terre de Pékin menacé d'attentats par des séparatistes Ouighours.
    Treize jours dans une voiture pie à ne connaître que des nuits blanches et des bols de nouille, treize jours à sillonner les rues et les quartiers les plus louches de la Capitale, dans le Pékin des bas-fonds, des junkies punk et des prostituées.
    La corruption liant l'urbanisme de la capitale chinoise au milieu de la drogue et de la pègre les amène, lui, le lieutenant désabusé par un mariage raté et son coéquipier borderline à relier plusieurs meurtres identiques et tenter de remonter la piste des égorgeurs pékinois.

    Ajouter au panier
    En stock
  • A Onikobe, au mois d'août, c'est la fête des morts, avec son cortège de rites et de cérémonies.
    Un meurtre fait surgir les fantômes du passé, les légendes et les rivalités ancestrales. On reparle alors d'un crime qui n'a jamais été élucidé et l'on a tort de ne pas prêter attention aux histoires de Ioko Yura et de l'interrompre quand elle se met à chanter cette comptine que les petites filles de son village fredonnaient en jouant à la balle. Lorsqu'elle retrouvera son jeu d'enfant devant les villageois médusés, il sera trop tard?: deux autres crimes réalisés en tous points comme dans la ritournelle auront plongé le village dans l'horreur et la stupéfaction... Kindaichi dénouera un à un les fils de cet écheveau compliqué enfoui dans la mémoire du village, les croyances locales, les rancoeurs et les superstitions.

    Première édition poche en mai 1995

    Ajouter au panier
    En stock
  • Quittant sa province reculée du nord du Viêtnam, le mandarin Tân a confié la justice du tribunal au pachydermique docteur Porc. Autoritaire et expéditif, ce dernier ne tarde pas à exposer ses travers quand une découverte macabre l'oblige à fourrer son nez dans la fange d'une histoire ancienne. Affairé, il trottine de sessions d'autopsie en séances de chirurgie esthétique, sans oublier de se régaler au passage d'exquises douceurs fourrées à la viande. Ainsi, ne sacrifiant jamais le lard pour l'art, il mène son enquête avec un flair tout particulier, dans une ville où de vieux cochons se frottent à de jolies cocottes.

  • Si momoko n'ouvre son coeur qu'à sa chatte lala, son père n'a d'yeux que pour la belle et pulpeuse chinatsu, au grand dam de la jeune fille au pair : trois habitants d'une même maison dans le japon d'après-guerre vivent dans un calme apparent, ignorants d'une vérité cachée qui les pousse inexorablement vers la tragédie.
    Quand la neige recouvrira de silence le jardin et le champ de blé alentour, les non-dits réveilleront ce petit démon intérieur qui appelle au meurtre.
    Et lala, sphinx au blanc pelage, pourrait bien alors s'avérer la victime et la clé de ce surprenant suspense psychologique.

  • Pour le Mandarin, la fête de la mi-automne commence bien. Un jeune sbire a renouvelé l'exploit légendaire d'abattre neuf corbeaux en plein vol. Mais, pendant la fête, un enfant disparaît. Peu de temps après, des bonzes en colère dénoncent la profanation de leur temple. Le Mandarin mène une enquête à travers les légendes et les événements historiques.

  • Lorsqu'il rejoint son poste, aux confins de l'empire vietnamien du xviie siècle, le mandarin tân ne sait pas encore que les familles de notables n'ont qu'une idée en tête : le marier à leurs filles nubiles.
    Cependant le jeune homme n'a guère le temps de se prêter à ces jeux sociaux, car il se voit bientôt confronté à sa première affaire de magistrat. une succession de meurtres aussi cruels qu'inexplicables le conduit à s'intéresser de près à un ordre de moines plus férus d'arts martiaux que soucieux de la loi de bouddha. aidé de son ami le lettré dinh, il lui faudra parcourir les montagnes embrumées du nord et déployer toute son ingéniosité pour mener à bout son enquête, dont la solution au goût amer est un défi à son sens inné de la justice.

  • Deux récits à vous plonger dans l'angoisse.
    A Tôkyô, dans une vieille maison, un misanthrope excentrique et pervers fasciné par une célèbre actrice vit, comme dans un cauchemar, une effrayante descente aux enfers qui fera de lui un criminel.
    A bord d'un train, un énigmatique voyageur raconte à son voisin de rencontre l'histoire du tableau dont les personnages sont "vivants".

  • Un double suicide d'amoureux et une sordide affaire de corruption.
    Un meurtrier très méticuleux et une enquête bien embrouillée qui pourrait ressembler à première vue à une visite touristique dans tout le japon. dans les bars de tokyo, l'inspecteur mihara découvre des pots-de-vin et la vérité au fond d'un verre. dans les trains, de kamakura à hokkaido, il a de curieux pressentiments devant un paysage de chiffres et apprend aussi la poésie japonaise dans un annuaire des chemins de fer.
    Tokyo express est un des plus célèbres polars japonais contemporains. c'est ce livre qui consacrera en effet matsumoto comme le meilleur écrivain de romans policiers du japon. vendu à plusieurs millions d'exemplaires, il obtint un succès légendaire et sa réédition faisait de lui un des plus grands best sellers de l'après-guerre.

  • Sous sa nuque, le col évasé de son kimono m'offrait une vue plongeante jusque dans le creux de ses reins : les violentes zébrures qui balafraient sa peau blanche et moite, se perdaient au plus profond de l'échancrure.
    Toute son élégance avait disparu et il émanait d'elle une étrange impression d'obscénité qui me subjuguait. dans ce roman très célèbre, subtil jeu de miroirs où le narrateur, ranpo edogawa lui-même, cherche à élucider un meurtre commis par un autre auteur de littérature policière, on retrouve - comme dans tous ses romans - cette curieuse alchimie entre une intrigue rigoureuse et une narration envoûtante, dans des mises en scène fantastiques et obsessionnelles (fétichisme, voyeurisme, sadisme et perversions sexuelles).
    " flânerie au bord du fleuve edo ", telle est la traduction littérale des idéogrammes utilisés pour composer ce nom de edogawa ranpo (anagramme de edgar allan p?), reconnu au japon comme le maître-fondateur de la littérature policière japonaise (1894-1965).

  • A cet instant précis, une gigantesque corolle dorée troua nettement le velours noir du ciel, et le jardin fleuri~ la source chaude, les deux corps enchevêtrés furent noyés sous une cascade de poussière d'or.
    Le visage blafard de Chiyoko, avec son filet de sang aussi brillant que la laque rouge, était désormais empreint d'une beauté tranquille.
    Pour réaliser un rêve fabuleux, un étudiant, passionné par les oeuvres d'Edgar Poe, entreprend la construction d'une île idéale conforme à son imagination : usurpation d'identité, assassinat, délires mentaux, mystifications et mises en scène fantastiques nous entraînent dans un monde étrange et merveilleux, un paradis sur terre qui pourrait bien s'appeler aussi l'enfer.
    Pour s'en faire une idée, le lecteur devrait sans doute puiser dans ses cauchemars les plus extravagants, les plus cruels, mais aussi les plus beaux.

  • Le village aux huit tombes est une modeste bourgade au coeur des montagnes, abritant les corps de samouraïs assassinés, dans des temps très anciens, par les habitants à la, recherche d'un trésor fabuleux.
    L'arrivée du narrateur coïncide avec une cascade d'assassinats qui plonge rapidement les villageois dans le désarroi et la terreur.
    Avec l'aide de son ami, le détective kindaichi, il découvre avec horreur que les crimes se succèdent selon une mécanique diabolique, dont il tente de comprendre les lois avant que la boucle ne soit fermée.
    Seuls quelques poèmes énigmatiques le guideront dans ce labyrinthe redoutable, tissé par les haines, les soupçons et la peur : celui qui s'aventure sur le mont du trésor du bouddha sacré s'expose à la terreur de la mâchoire du dragon.

  • Au monastère de la Tortue Noire, la porte entre le monde des vivants et le royaume des morts s'entrebâille, l'espace d'un instant, pour célébrer la Fête des âmes errantes. Mais les défunts affamés ne sont pas les seuls à se mettre à table, car d'étranges disparitions sont revendiquées par un Gourmet aux appétits cannibales. Dans le port animé de Faifo, marchands chinois, négociants japonais et aventuriers européens se livrent à de mystérieuses transactions à la lueur de lanternes multicolores. Tel un papillon attiré par le chatoiement des lampions, le lettré Dinh se fait prendre à un piège inextricable. Alors qu'il tente désespérément de sauver son ami d'une justice expéditive, le mandarin Tân tombe sous le charme d'une ensorcelante femme-renarde, créature de la nuit et gardienne d'un secret. Il lui faudra pourtant recouvrer toute sa lucidité pour venir à bout d'une énigme aux ramifications insoupçonnées. Avec cette cinquième enquête du mandarin Tân, Thanh-Van Tran-Nhut ressuscite brillamment le Viêt-Nam du XVIIe siècle : « un univers exotique et foisonnant, non sans quelque distance et beaucoup d'humour » (Livres Hebdo).

  • Tandis qu'une gigantesque rave sauvage embrase les rues de Tôkyô, Makoto, vingt ans, traque les dealers d'une drogue très spéciale qui sème la mort dans son quartier d'Ikebukuro.
    C'était un petit comprimé translucide couleur vert menthe. Sur la surface, en relief, un serpent qui se mord la queue. Vous avaliez un comprimé avec un peu d'eau minérale, ou encore vous broyiez entre vos molaires ce truc amer à en mourir et bingo vous pouviez danser toute la nuit en synchronie parfaite avec une musique démente dont le rythme dépassait les 100 bpm. Voilà pourquoi cet étélà des bataillons de mômes cherchaient frénétiquement du snake bite. Ce serpent apparu dans un mirage et qui brûlait en dégageant des fl ammes vertes.
    />

  • C'est à la cour impériale, dans le japon du viie siècle, que nous transporte l'auteur de meurtres à la cour du prince genji, dans le tourbillon de querelles de succession entre souverains et dignitaires, au milieu des trahisons, des complots et du tumulte des assassinats.
    On retient son souffle dans ce roman policier bouleversant de haine et de folie meurtrière où la magie noire se mêle au vacarme des armes, autour d'un démoniaque et mystérieux prince des ténèbres. derrière la prêtresse nukata, on entend le frôlement des traînes sur le plancher des palais, mais aussi les incantations des sorciers qui, au cours d'étranges cérémonies, nouent les rancoeurs et les malédictions.
    Comme souvent dans le cinéma japonais, s'entrecroisent des scènes d'une grande douceur et d'une extrême cruauté. et nous ne saurions trop recommander au lecteur, une fois ce livre refermé, de se purifier en lançant du sel devant sa maison comme le veut la tradition japonaise.

  • Bienvenue à ikebukuro west gate park.
    Un square ouvert aux aventuriers urbains, à la sortie ouest de la gare d'lkebukuro c'est là que makoto et ses amis ont établi leur qg. makoto a dix-neuf ans, et c'est un trouble shooter, un " solutionneur d'embrouilles ". des embrouilles. il n'en manque pas dans ce quartier où se rencontrent gamins à la dérive, yakuzas, filles perdues et clandestins dans le japon de l'envers. avec pour seules armes son énergie et sa débrouillardise, makoto résout les énigmes, vient en aide à ceux qui sont dans la détresse, et tente de ramener la paix dans les rues menacées par une sanglante guerre des gangs.
    Si ikebukuro west gate park a obtenu le grand prix de littérature policière au japon. il dépasse de loin le cadre du roman policier. quand on referme le livre, on a l'impression de connaître par coeur ce quartier de tôkyô, chacune de ses ruelles où se côtoient bars à karaoké et love-hôtels, on s'est attaché à chacun de ses habitants. par petites touches incisives d'un pinceau très rapide, ishida ira a produit une oeuvre extrêmement originale, dont la toile de fond plutôt noire s'éclaire de soudaines bourrasques de soleil

  • Au cours d'une nuit d'orage, à la demande du mandarin Tân, l'intendant Hoang organise un banquet, dressant une somptueuse table. Festoyant à la lumière des lanternes, un maître des geôles, un percepteur des impôts, une poétesse, un couple d'apothicaires et un tailleur racontent une énigme non résolue de leur passé, tandis que le lettré Dinh et le docteur Porc livrent chacun un épisode mystérieux de leur jeunesse. Servis dans de la vaisselle en céladon, meurtres, vols et coups bas sontdécortiqués à l'aide de baguettes laquées, faisant le délice des convives. C'est l'heure lumineuse des conteurs, qui donnent voix aux amours défuntes et visage aux héros d'antan. C'est l'heure sombre des aveux masqués et des guets-apens, alors que, dehors, s'amassent les ténèbres d'un monde au bord du chaos.

  • Sur son bras gauche, un lézard noir ondulait, il semblait ramper tout en donnant l'impression qu'il allait se déplacer de son bras vers l'épaule, puis vers le cou, pour arriver enfin jusqu'aux lèvres humides et rouges, il restait indéfiniment surplace.
    Une enquête de kogorô akechi, et certainement le plus célèbre roman policier d'edogawa : un cambriolage rocambolesque lancera le détective dans une course-poursuite sur les traces d'une femme fatale et sans scrupule surnommée " le lézard noir ", à la recherche de la belle sanae.
    Un enlèvement réussi et des travestissements déconcertants mettront à mal sa perspicacité et conduiront le lecteur dans un labyrinthe secret et inattendu, jusqu'à un musée extravagant.
    Yukio mishima a adapté ce roman au théâtre, jouant lui-même un petit rôle dans le film qui en fut tiré par le réalisateur kinji fukasaku, en 1968.

  • L'aile d'airain

    Tran-Nhut

    Sur la terre du sud Viêt-Nam où génies et fantômes se côtoient, des défunts quittent leurs tombes. Pour déambuler parmi les vivants. Dans la moiteur de la jungle, une insatiable démone à la beauté dévastatrice guette les hommes pour leur faire subir des outrages que la morale réprouve. De retour dans son village natal, le mandarin Tân est lui aussi confronté à ses propres démons : une mort particulièrement atroce le lance sur les traces de l'homme qu'il traque depuis son enfance, son père. Un passé entaché de crimes et de trahisons ressurgit, tandis que se dévoile une vérité au goût de cendres. Dans le Viêt-Nam du 17e siècle, fragilisé par ses dissensions internes, le mandarin Tân, assisté par le fringant lettré Dinh, s'attaque à une nouvelle enquête dont le dénouement marquera non seulement son existence, mais aussi l'avenir du pays.

  • Un an après sa nomination dans une région reculée et désuète au nord du viêt-nam, le mandarin tân se rend à thang long, à la recherche de livres qui font défaut à sa province.
    Mais au lieu de manuscrits, il découvre une série de corps délicatement incisés par une lame artiste, meurtres sanglants qu'il lui faut élucider au plus vite en ce xviie siècle troublé par des luttes d'influences entre princes et seigneurs. curieux voyage à la capitale, où le jeune magistrat est confronté non seulement à la toute-puissance des nobles et à un vol singulier chez les eunuques, mais aussi aux ombres surgies de son propre passé.
    Le sang versé hier appellerait-il les crimes d'aujourd'hui ? pour percer à jour les motifs étranges d'un assassin sans pitié, le mandarin tân devra pousser jusqu'au bout une effroyable logique qui, cette fois-ci, ne le laissera pas intact.
    Les soeurs tran-nhut " font magnifiquement revivre la civilisation de leurs ancêtres tout en créant un personnage attachant qui n'a pas fini de faire parler de lui " (gérard meudal, le monde).

  • Les vertus du samouraï, telles qu'elles sont immortalisées dans le Bushido, la voie du guerrier, ont profondément imprégné la nation japonaise. La recherche constante de la perfection qui guidait les samouraïs se manifestait aussi dans leur pratique des arts, qu'ils ont parfois durablement marqués de leur empreinte, comme dans la cérémonie du thé, le jeu de go ou la méditation zen. Les figures du samouraï sont multiples et bien plus riches que ne le laissent croire les apparences, et ce livre en dévoile la réalité à travers leur histoire qui est aussi celle du Japon, une réalité cachée derrière le mempô, ce masque terrifiant du guerrier à cheval qui était à la fois destiné à effrayer l'ennemi et à se dérober au regard de l'autre.

  • " a notre époque, il n'y a que deux " voies pour ceux qui aspirent à être un dieu : la création et le meurtre.
    " ainsi parle le narrateur, un esthète du crime, qui explore avec talent et cynisme l'art de détruire autrui. ce qu'il aime par-dessus tout, c'est révéler leur pulsion de mort à ses victimes, " jusqu'au stade où la personne devient digne d'être mon client ". le passage à l'acte n'est plus que formalité technique, quand compte avant tout l'osmose plus ou moins réussie entre le " tueur " et sa victime.
    Et force est au lecteur d'admettre que ses " clients " trouveront écoute et consolation auprès de cet étrange bourreau égocentrique qui s'immisce dans leur vie, dans leur esprit, leur prodigue conseils bienveillants et compréhension. ainsi que son savoir-faire pour les aider à passer eux-mêmes à l'acte. il nous parle de la mort, de leur mort. mais c'est à eux qu'il laisse le dernier mot. ce premier roman de kim young-ha, publié en 1996, à vingt-huit ans, a enthousiasmé le public en même temps que les critiques, qui voient en lui le " chef de file d'une nouvelle génération " d'écrivains en corée-du-sud.

  • A Pondichéry, ville tranquille de la côte est de l'Inde, plusieurs membres d'une même famille sont assassinés. Devant l'hostilité des policiers, le brahmane Doc se contente de mener une enquête parallèle, secondé par quelques repris de justice, des danseuses et même un détective privé.

  • Le Lézard noir lorgne avec bonheur du côté de Maurice Leblanc avec un cambriolage rocambolesque. Un très court roman qui joue sur le registre du travestissement et de l'extravagance. Ce titre a été porté à l'écran par Kinji Fukusaku sur une adaptation de Yukio Mishima. La Bête Aveugle : quand un masseur aveugle et pervers célèbre dans des mises en scène perverses la beauté du corps féminin. L'Île Panorama : Pour réaliser un rêve fabuleux, un étudiant, passionné par les oeuvres d'Edgar Poe, entreprend la construction d'une île idéale conforme à son imagination : usurpation d'identité, assassinat, délires mentaux, mystifications et mises en scène fantastiques nous entraînent dans un monde étrange et merveilleux, un paradis sur terre qui pourrait bien s'appeler aussi l'enfer.

empty