Tourisme & Voyages

  • 100%Jjapon

    Jean-Marie Bouissou

    Ce livre d'une grande facilité de lecture ne liste pas "ce qu'il faut absolument voir au Japon". Mais il vous aidera à observer autour de vous avec une curiosité intelligente et à repérer ce dont les guides ne parlent pas. Ainsi vous comprendrez le Japon dans le détail et vous l'apprécierez pour ce qu'il est vraiment. Une infinité de sujets sont abordés : comment trouver son chemin, manger et boire, lire et travailler, les relations hommesfemmes, bains et cerisiers. Bref, tout ce qui fait être japonais.

  • Huang Yongu a planté son chevalet aux quatre coins de Paris, Rome, Sienne ou Florence.
    Son carnet de voyage fourmille d'anecdotes où Modigliani, Raphaël et Dante voisinent allègrement avec ses amis chinois et ses souvenirs. Il rêve sur les ponts, s'allonge dans l'herbe au pied d'une statue de Bourdelle, se hasarde à des comparaisons sur la poésie et la peinture, marche beaucoup avec son barda de peintre sur le dos, comme une fourmi solitaire. Je n'ai rien vu et m'étonne de tout, dit-il. Une curiosité joyeuse, une parole libre et fantasque, le regard original d'un créateur qui n'a jamais fréquenté d'école d'art et a tout appris de la vie et de ses rencontres.

  • Bangkok, la nuit

    Payen/Compain

    • Picquier
    • 23 Février 2006

    Bangkok, Cité des Anges, Venise de l'Asie, capitale tentaculaire à la pollution et aux embouteillages proverbiaux, est pour beaucoup un monstre : l'antre de la consommation sauvage, de la démesure qui, à l'image de ses tours et de ses quartiers entiers s'enfonçant de plusieurs centimètres chaque année, symbolise toute la décadence d'une Asie n'ayant pas digéré sa croissance effrénée. En dépit de la frivolité et de la superficialité ambiantes, la ville ne se livre pas facilement. Il faut prendre le temps de l'explorer, recoin par recoin, dans la solitude comme dans la fourmilière humaine, pour trouver un début d'explication, un sens. C'est le premier de la longue liste des paradoxes de Bangkok. Les nuits de Bangkok sont, elles aussi, paradoxales. Elles ne sont pas l'envers du jour, mais plutôt des journées en monochrome. Seule la population change, un deuxième monde, celui de l'obscurité, se met en branle lorsque le soleil disparaît vers l'ouest. Avec son agitation, sa fièvre, ses métiers, ses excès, ses folies, ses instants sublimes jaillissant des ténèbres... Ce livre est un recueil de chroniques, une déambulation dans Bangkok la nuit, où l'on tente, après des années de fréquentation de cette mégapole infréquentable, de rendre des instantanés nocturnes, des moments partagés ou volés, d'évoquer des endroits ou des gens, avec l'acuité et parfois la nostalgie de résidents de longue date.

empty