• Bashô sera-t-il samouraï? Lui qui aime tant la paix, les pinceaux, la neige...
    Il choisit les chemins vagabonds et devient au japon l'illustre auteur de ces courts poèmes de trois vers, les haïkus. Bashô ouvre des ateliers de poésie. Et chacun, homme ou femme, jeune ou vieux, dans le japon des villes et des campagnes de ce XVIIe siècle, rit, s'instruit, s'initie aux haïkus... Frédéric Clément a préparé ses propres couleurs et choisi ses papiers japonais pour peindre l'histoire véridique de Bashô, contée par Françoise Kerisel.

  • Mark Rothko est un peintre universellement admiré et reconnu. Louis Kahn est considéré aujourd'hui comme l'un des plus grands architectes du XXe siècle. Frappé par la correspondance des destins de ces deux grands artistes américains, nés au début du XXe siècle, l'auteur s'autorise ici à écrire une fiction, celle de leur rencontre, de leurs échanges, de leur estime réciproque, de leur amitié, entre 1961 et 1970. « A l'heure où l'art, quel que soit le domaine auquel il appartient, est devenu une valeur marchande plus qu'une découverte sensible, la mise en scène du rapprochement entre ces deux artistes virtuoses de la couleur et de la lumière, imaginée dans cet essai, constitue, à mon sens, un travail de fiction admirable, rendu crédible par la justesse des détails. » Extrait de la préface de Georges Maurios, architecte « Ce sont les oeuvres les plus personnelles qui touchent la sensibilité et l'entendement du plus grand nombre, dans une sorte de fraternité. Ainsi, « le silence et la lumière » de la peinture comme de l'architecture, sont-ils le reflet lointain du silence et de la lumière des origines. » Extrait de la postface de Jean-Pierre Cornet, architecte et peintre.

  • « Teishin au pays du haïku » conte l'histoire d'une enfant, Teishin, et de ses amis. Tandis que le printemps tarde à venir, dans ce Japon du XXe siècle, tous attendent le retour du poète, Frère Ryokan, qui a disparu dans la tempête :
    « Entre ciel et terre / Où se niche Ryokan ? / Frère s'est perdu ».


    Une deuxième édition accompagnée de son cahier d'apprentissage du haïku.

  • Une poétesse, une impératrice, un samouraï, un petit chat blanc... Est-ce une devinette ? Ou une belle histoire vraie qui se passe en l'an 1000 dans l'Empire du Soleil levant ?

  • Choses qui font battre le coeur : la voix du cerf, une poule étalée sur ses poussins pour les protéger, une harpe à treize cordes.
    Choses révoltante : une visite du samouraï tsunefusa.
    " je voulus lui offrir une natte, mais mon journal se trouvait posé dessus. j'eus beau me précipiter, l'homme l'avait déjà ravi, et l'emporta sur-le-champ. " que cherche ce voleur en arrachant le cahier de sei shônagon ? que veut-il d'elle, de ses secrets, de ses charmes ?

  • À la cour du grand Empereur, l'honorable petit Li Po ne veut plus étudier ses leçons ! On le gronde. Ne doit-il pas devenir un mandarin très savant comme son grand-père, avec robe de soie et manches brodées ?

    Mais petit Li Po rit, du haut de son cheval Yiyi, et s'enfuit sur le Fleuve Jaune. C'est sa seule réponse.

    [...] Combien de lunes se sont-elles succédées depuis le départ du poète ? Son souvenir est maintenant banni de la Cour. Dans l'immense bibliothèque du Palais, un nouvel élève étudie, étudie sans cesse. Qu'il est sage celui-là ! Or ce garçon si sérieux s'appelle Tou Fou !

    [...] À la sortie d'un bois épais, un soir d'automne, Tou Fou tombe sur le Puits des Chasseurs. Dans l'ombre, il cueille quelques noix fraîches. Il les partage avec un vieil homme, aveugle, qui se met à lui parler, avant même que Tou Fou ne lui pose des questions.

    - Oui, Li Po vous cherche... Il porte sur lui un rouleau de vos poèmes.

    L'aveugle sourit longuement :
    - Quand l'heure sera venue, vous vous retrouverez.


    Folie et grand vent, cheval à plein galop, Li Po s'enfuit de la cour de l'Empereur de Chine, pour gagner sa liberté et devenir poète. Quelques années plus tard, c'est au tour de Tou Fou de partir sur les routes, à la recherche de cet aîné tant admiré, qui sème derrière lui son appétit de vivre et les traces de son rire. Le parcours de Tou Fou se fait initiatique : au fil des rencontres, des évènements qui se dessinent devant lui (la guerre fait rage, les enfants sont égarés), il devient homme et poète. Et c'est finalement en rentrant chez lui qu'il rencontre celui après qui il a tant couru, Li Po, au rire fou.


    Phrases courtes et énergiques, écriture délicate, Françoise Kérisel dresse le portrait de ces deux poètes majeurs de la Chine du VIIIe siècle avec sensibilité. C'est notre première collaboration avec cette auteur à l'écriture ciselée, passionnée par l'Asie, les contes et la poésie.


    Le vent de liberté qui entraîne ces deux hommes sur les routes de la vie a séduit Martine Bourre aussi sûrement que la possibilité de représenter Tou Fou à cheval ! Elle s'est reconnue dans ces cavaliers impétueux et s'est lancée à l'assaut de cette histoire avec fougue. À l'encre rehaussée de vigoureux traits de peinture ou de morceaux de papiers découpés, elle plante un décor fort parce qu'elliptique, esquisses proches de l'art chinois, dont elle s'est beaucoup inspiré. C'est déjà le 17e livre de Martine Bourre chez Didier Jeunesse ! Elle nous étonne à chaque fois par sa capacité incroyable de renouvellement et la remise en question de ses techniques en fonction des textes...


    Un livre magnifique, célébration de l'amitié, de la vie, de la poésie... Un livre qui donne des envies de départ et de grandes chevauchées.

  • "Pourquoi les baleines chantent-elles ? Pourquoi la tortue emporte-t-elle sa maison sur le dos oe" Françoise Kérisel est allée glaner des contes de part et d'autre du Pacifique et les restitue avec beaucoup de poésie, de malice et d'émotion.

  • Il y a très longtemps, la belle reine Makéda dirigeait le royaume de Saba, dans l'Est de l'Afrique. Les contes et les textes sacrés parlent de cette souveraine légendaire qui a donné naissance à Ménélik, le premier roi d'Éthiopie.

  • Thomas a 12 ans et il adore son cousin Alexis qui a 16 ans, aime l'escalade et fait de la musique. Un soir, au cours d'une bagarre, Alexis a donné un mauvais coup à un autre jeune qui s'est écroulé sur le trottoir. La vie d'Alexis bascule et celle de sa famille aussi.

  • Année du Dragon de bois.
    Au Japon, en 1808 de notre calendrier, la terre a encore tremblé et d'un coup les cerisiers ont perdu leurs fruits. C'est décidé : j'écris ma lettre ! Elle s'appelle Teishin, la grande fille qui parle. Un nom du pays du Soleil levant. Aujourd'hui se fête son anniversaire. Elle a des joues de porcelaine et des pieds délicats, une longue natte, la voix haute. Ce qu'elle aime, c'est s'asseoir en lotus, déployer ses rouleaux de papier de riz, tenir un pinceau, écrire comme l'on peint.

  • Ce livre initie le lecteur à la grande aventure de la pensée grecque, d'Hésiode le poète à Hypathie qui enseignait la sagesse au bord de la mer à Alexandrie au IVè siècle après Jésus-Christ. Au jardin d'Epicure dans les senteurs des figues, des olives et du vin partagés, aimons nos amis, tel est le précepte qui préside à la philosophie.

  • Ce livre raconte des histoires de juges, de justice, de justiciers dans la Chine des Mandarins, la Russie des Tsars, ou le Far West des Etats-Unis, à l'époque où l'Iran s'appelait la Perse, où les Hébreux n'avaient pas encore trouvé la Terre Promise, ou aujourd'hui, en France, au tribunal des flagrants délits.
    Dans la cour de récré, on entend toujours la blague : " oeil pour oeil, dent pour dent ! " Qu'est-ce que cette " loi du Talion " ? Qu'est-ce qu'un " flagrant délit " ou les " circonstances atténuantes " ? Quand y a-t-il " non-lieu " ? Pourquoi le " Franc symbolique " ? D'innombrables histoires de justice et d'injustice courent le monde d'hier et d'aujourd'hui, et jouent sur ces expressions qui intriguent.
    L'ouvrage de Françoise Kérisel met en scène ces expressions attachées au fonctionnement de la justice. Il en offre un savoureux petit dico, indispensable, puisque " nul n'est censé ignorer la loi " !
    Dura lex, sed lex. (la loi est dure, mais c'est la loi).

  • Comment la sagesse vient aux petits ? Des textes clairs pour mieux comprendre, des images lumineuses pour mieux rêver.

  • Comment la sagesse vient aux petits ? Des textes clairs pour mieux comprendre, des images lumineuses pour mieux rêver.

  • En Grèce, au pays des philosophes, un drôle d'homme cherche le secret du bonheur.
    Comment s'appelle-t-il ? Il s'appelle Diogène, et vit dans un tonneau. De cela, il y a plus de mille et mille ans. Et l'on s'en souvient encore! Les grands disent qu'il est fou. Les petits disent qu'il est sage. Avec lui, c'est le monde à l'envers. Il vit sans rien posséder, tel un chien dans sa niche. Il fait tout à l'inverse des autres, puisque les autres vivent mal.

  • C'est une histoire vraie que celle du Chevalier de Saint-George. Né esclave à la Guadeloupe, il fut l'un des plus grands compositeurs du XVIIIème siècle. Il s'est battu pour la Révolution, à la tête d'une légion d'Africains et d'Antillais. Françoise Kerisel retrace cette destinée hors du commun dans un récit emprunt d'une grande poésie.


  • Colère de Dieu, déçu par la méchanceté des hommes, veut effacer sa Création sous un violent déluge. Seul Noé peut être sauvé. Avec sa femme et ses trois fils, il commence à construire une arche en bois. Sem et Japhet, l'aîné et le benjamin, travaillent dur. Mais... où se cache Cham, le cadet rêveur ? Il fait le plein de lumière et de couleurs, il assemble les mots pour quand il fera tempête... Dans l'arche, pendant des jours et des jours, Noé, sa famille et tous les animaux tanguent et dérivent. Cham, avec ses mots en fête, ses mots de poète, réchauffe l'arche et redonne le sourire à l'équipage. Et Colère de Dieu se calme, là-haut... Une adaptation sensible et littéraire du texte de la Genèse, qui met en avant de manière originale le personnage de Cham, et célèbre le pouvoir des rêves et de la poésie.Un album qui renouvelle un thème essentiel et apprécié.

  • Depuis le départ de Tadanobu, son cousin voyageur, Aya ne parle plus. Sei Shô, avec ses pinceaux de poète, sa boîte à idées, ses fous rires, va-t-elle la sortir de son silence ? Leurs alliés sont un chaton blanc, le perroquet bavard de Tadanobu, deux chevaux qui écoutent aux portes. Au Japon, autour de l'an Mil, à la cour, ce sont surtout les femmes qui composent un roman, ou des poèmes. Sei Shônagon tenait un journal intime, caché dans son oreiller.

  • Dans Alice au jeu du portrait chinois, Françoise Kerisel retrace la relation à la fois conflictuelle et créatrice entre Lewis Carroll, le célèbre auteur de l'ouvrage Les Aventures d'Alice au pays des merveilles, et Alice Liddell, la petite fille qui inspira le personnage, alors âgée d'une dizaine d'années. Deux trajectoires se croisent : celle de Lewis qui, au gré de sa fantaisie, remodèle Alice avec ses costumes chinois pour alimenter sa création artistique ; et celle d'Alice qui, prise à son jeu, veut garder son identité. Comment Alice a-t-elle vécu le fait d'être le support de la création de Lewis ?

empty